• LoRa

UN CUIR VÉGÉTAL INNOVANT

Mis à jour : juil. 14

VALORISATION DE LA FIBRE DE COCOTIER


Native de Sambava, capitale de la vanille, j’ai vécu jusqu’à ma majorité à Madagascar. Les circonstances de la vie m’ont conduit à quitter mon île et m’installer à Strasbourg. J’y vis depuis 10 ans déjà. J’ai donc aujourd’hui, le bénéfice d’une double culture et je me compare à un arbre n’ignorant ni ses racines, ni ses fruits issus d’une greffe. Cette particularité influence beaucoup mon travail en tant que styliste. Elle occupe une place centrale dans mes projets actuels et mes créations.


La plus grande cocoteraie du monde




Sambava est certes réputée pour sa vanille, mais elle possède aussi la plus grande cocoteraie au monde. Celle-ci s’étend tout au long du littoral sur une bande de terre de 60 km de long, avec 4800 hectares de plantation, propriété de la SOAVOANIO, où ma mère y travaille depuis plus de trois décennies.

C’est ma connaissance de cette activité qui a induit ma réflexion sur la valorisation des déchets de la cocoteraie. En effet, l’activité principale de la SOAVOANIO reste actuellement la production de coprah pour l’huile de coco. La fibre de coco quant à elle, s’utilise pour la confection de tapis-brosse, de carpettes voire de substrats en horticulture pour les plantes et les légumes.

Les autres filières sont sous-exploitées, et de grandes quantités de déchets sont alors brûlées. C’est leur valorisation qui m’intéresse.


La toile fibreuse du cocotier



Une partie du cocotier, une toile fibreuse qui se développe en dessous des palmes, pour lier et soutenir fermement chaque feuille, est actuellement inexploitée. Bien qu'essentiel au support des noix de coco, elle est assez abondante pour être en partie récoltée. Elle peut être une bonne alternative au cuir. Elle est imputrescible et indéformable, tout en gardant sa souplesse.


Pourquoi chercher des alternatives végétales?


Les alternatives au cuir suscitent de nombreuses recherches ces dernières années. Ainsi sont apparus le cuir d’ananas, d’eucalyptus, de pastèque, de cactus, etc.

Pour alimenter la filière, le cuir d’origine animale nécessite chaque année 1,4 milliard de moutons, chèvres, vaches….Ces animaux sont entre autres nourris au Soja d’Amérique du Sud. Ceci entraîne des dommages considérables à l’Amazonie, l’un des poumons verts de la planète. Elle est constamment déboisée, incendiée, pour faire place à des plantations de Soja. Cette agriculture irraisonnée est une grave menace pour la biodiversité.


La peau des animaux abattus est dirigée vers des tanneries où il faut en moyenne une trentaine d’opérations différentes pour parvenir au cuir, ce qui dégrade l'environnement. Au Bangladesh par exemple, la rivière traversant sa capitale Dacca, charrie 7000 tonnes de déchets toxiques par an. Il en est de même en Inde où 700 tanneries polluent gravement le Gange.


Je souhaite contribuer à l’effort collectif pour réduire les impacts négatifs de la filière cuir, en utilisant la toile fibreuse du cocotier en maroquinerie, c’est mon COCO-DEAL.

74 vues
  • Icône Facebook blanc
  • Icône Instagram blanc
  • Blanc LinkedIn Icône

2020 - LORA & ZEBOUTIN

Laetitia, Styliste débutante, dans la recherche et développement de produits de mode. Je partage mon expérience de styliste vêtements et accessoires de mode.