• LoRa

SURMONTER LES DIFFICULTÉS A TROUVER SON PREMIER EMPLOI

Mis à jour : mai 4




Pourquoi est-il aussi difficile de décrocher le premier emploi?

De mon point de vue de styliste « fresh off the school » qui y est confrontée


Depuis le début de ma vie de jeune diplômée, un sujet domine nos discussions d’anciens élèves : la difficulté à « trouver » du travail. La peur de ne pas y arriver, et devoir se résigner à prendre un job alimentaire est l’épée de Damoclès de tout débutant. C’est d’autant plus le cas dans la carrière que j’ai choisie: le stylisme. Combien de fois un aspirant styliste s’est-il entendu dire cette phrase quand il parle de son choix de carrière: « Styliste ? Mais il n’y a pas de travail là-dedans » ; ou bien sa variante « Mais tu ne trouveras jamais de boulot ». Cette dernière phrase nous a même été crié dessus par l'une de nos professeures en troisième année d'études. Je la cite : « … VOUS NE TROUVEREZ JAMAIS DE BOULOT, IL N’Y A PAS DE TAF DEHORS ».


Et bien SI, il Y A DU TAF. C’est DÉCROCHER le PREMIER TAF permettant de démarrer une carrière qui est DIFFICILE!


La mode fait partie des rares secteurs souffrant rarement de la crise. De plus, tant que le monde sera monde, on aura toujours besoin de vêtements. Bien sure, le réchauffement climatique et la tendance à se dénuder à l'extrême pour attirer l'attention sur soi en essayant de casser internet (merci Instagram!!), pourrait changer la donne. Arrivera peut-être le moment où une plume dans l'airbag suffira. Mais nous n’en est pas encore là. Comme s'habiller reste indispensable, les métiers de l'habillement ne disparaîtront pas de sitôt. Rien que sur le site Fashionjob, je note, au moment où j'écris ces lignes, 80 offres d’emplois de styliste ou d’assistant styliste.


Alors pour quelles raisons trop de stylistes diplômés sont contraints de faire un autre métier, alors qu'ils avaient investi en moyenne 40 000 euro pour leur formation ?


A cela, je trouve 3 explications:


-Il y a peut-être une erreur de jugement


Beaucoup d'entre nous étudient le stylisme ou s’autoproclament stylistes parce que :

- « c’est un métier cool »

- « j’aime la mode »

- « j’aime dessiner des vêtements »

- « je suis un artiste » et ainsi de suite.


Or ce n'est pas suffisant pour maîtriser l'étendue des compétences nécessaires pour exercer le métier.


-L'importance des relations


Connaitre la bonne personne est un atout considérable et c’est l’un des moyens les plus efficaces pour trouver un emploi. Malheureusement, la majorité d'entre nous n’a pas cette chance.

Le parcours d’une personne dont je tairai le nom, l'illustre bien: un ancien élève était venu pour témoigner, au début de ma troisième année. Après avoir montré ses travaux pour nous donner une idée de ce que l’année nous réservait, il nous a parlé de son stage de fin d’études. Il avait postulé chez Hermès et avait reçu le classique mail de refus. Cependant, comme l’entreprise l’intéressait beaucoup, il a demandé à sa mère d’intervenir auprès d’une de ses amies, haut responsable dans la société. Après avoir réitéré sa candidature, il a reçu une proposition d’entretien et un test pratique, aboutissant à l’obtention du stage. Aux dernières nouvelles, il est embauché en CDD. Cette personne est certainement douée dans son travail, là n’est pas la question, d’autant plus que je ne le connais pas assez pour en juger. C'est l'illustration d'un gâchis pour ceux qui, n'ayant pas les bonnes relations, sont privés de la chance de montrer ce qu'ils valent.


-Le célèbre « catch 22 »


Catch 22 (en) est un terme utilisé en référence au roman de Joseph Heller pour désigner une situation où un individu ne peut éviter un problème en raison de la contradiction des règles ou des contraintes. (Wikipédia)


Dans la majorité des offres d’emplois, il faut au minimum 1 à 2 années d'expérience afin que la candidature soit considérée. Or, pour avoir 1 à 2 années d'expérience, il faut avoir travaillé. QUELLE CONTRADICTION!!!


Comment s’en sortir ?


Pour l'instant je n'ai pas de réponse, étant moi-même confrontée à ce gros problème. La recherche de solutions sera le sujet d'articles ultérieures. Je souhaite échanger avec vous tous pour amasser toutes informations utiles.


En attendant, mon observation personnelle sur le parcours des anciens élèves et le témoignage de mes collègues vus en stages, m'ont conduit à cette première conclusion: enchaîner les stages est une bonne alternative. Beaucoup de stagiaires obtiennent leur premier poste dans leur entreprise d’accueil.


- Soit parce que l'entreprise utilise le stage comme un procédé de sélection bon marché à moindre risque, pour pourvoir un poste.

-Soit parce que ce poste est devenu vacant.


Travailler au rabais est cependant un luxe que tout le monde ne peut pas s'offrir. En outre, les 6 mois de stages couverts par la convention scolaire sont insuffisants pour satisfaire aux exigences du donneur d'emploi.


Ainsi, puisque c'est l'une des conditions de réussite à la candidature, comment gagner un semestre de stage supplémentaire? Je donnerai des éléments de réponses ultérieurement.

  • Icône Facebook blanc
  • Icône Instagram blanc
  • Blanc LinkedIn Icône

2020 - LAURA & ZEBOUTIN

Laetitia, Styliste débutante, dans la recherche et développement de produits de mode. Je partage mon expérience de styliste vêtements et accessoires de mode.