• LoRa

Interview Styliste/ Rencontre avec Sarah FOUQUET / #1 Ses choix de formation


https://www.linkedin.com/in/sarahfouquet

http://fouquetsarah.wix.com/design


J’ai rencontré Sarah FOUQUET, styliste spécialisée dans la chaussure, sur LinkedIn. Après une Licence en Design de mode, elle a effectué une année de Licence II en accessoires (formation chaussure et maroquinerie), suivi d’un stage chez un bottier qui a abouti à son premier emploi. Elle travaille depuis 10 ans dans ce domaine, dont 5 en tant que Responsable de style des collections chaussures femme chez Vivarte, jusqu’à très récemment. C’est pourquoi j’ai voulu l’interroger sur ses choix et sa stratégie de carrière. En effet, étant au début de mon parcours professionnel, je fais face aux difficultés d’accès au premier emploi. S’ajoute à cela l’angoisse de ne pas réussir à durer, une fois ce cap franchi, comme c’est souvent le cas dans ce secteur.


Nous avons discuté :


- de l’importance de la formation technique

- des atouts pour se démarquer

- des conseils pratiques pour les débutants


Je partagerai cet échange dans une série de 3 articles. J’espère qu’ils apporteront plus de clarté aux débutants, qui, comme moi, sont le plus souvent dans le flou sur la meilleure façon de réussir une carrière dans le secteur très concurrentiel du stylisme. Qui d’entre nous n’aurait jamais entendu : « Styliste ? il y a du travail là-dedans ? ».



LA FORMATION DE STYLISTE/Les choix de Sarah





L. Pourquoi avoir fait une deuxième école après ta licence ? Était-ce en raison des carences de l’enseignement de base ?


J’ai commencé ma formation par un cursus de 4 ans à l’école Duperré Paris https://duperre.org/, mise à niveau, BTS et licence. Certains de mes amis ont directement travaillé après le diplôme, ce qui n’est pas mon cas. En effet, comme je m’intéressais aux accessoires et qu’on avait étudié le vêtement à Duperré, je ne me sentais pas suffisamment formée. Pour trouver plus facilement du travail dans ce domaine, je devais donc me spécialiser. C’est pourquoi j’ai intégré la formation en accessoires chaussures maroquinerie, à l’atelier Chardon Savard https://www.atelier-chardon-savard.com/, d’une durée d’un an. Cette spécialisation, intéressante et instructive, n’existe malheureusement plus. C’était en partenariat avec le Centre Technique du Cuir (CTC), et le lycée D’Alembert.


Le CTC https://www.ctcgroupe.com/ , en plus de tester tous les produits en cuir, dispense de très bonnes formations à tous les acteurs du domaine, allant du styliste au haut-dirigeant d’entreprise qui veut maîtriser son sujet. Ces formations en chaussure et maroquinerie permettent de comprendre la conception d’un produit, du dessin à la fabrication ainsi que diverses techniques comme le tannage du cuir.


Le lycée d’Alembert http://lyceedalembert.paris/ quant à lui, dispense une formation BTS ingénierie des matériaux souples, prototypes chaussures. Il y a deux sites. Celui de Paris est axé sur la fabrication artisanale et la réalisation de maquettes à la main, tandis que le site de Romans-sur-Isère est centré sur l’industrie. Situé dans cet ancien bassin de la chaussure française, il est très formateur et permet d’être opérationnel pour travailler en partenariat avec les usines. Chardon Savard avait un partenariat avec celui de Paris. Par ailleurs, j’ai continué à suivre des cours dans ce lycée, le temps nécessaire pour acquérir les bases techniques essentielles à la compréhension des contraintes de fabrication d’un modèle.


L. Pourquoi l’apprentissage des techniques de fabrication, que tu as ensuite perfectionné pendant ton passage en atelier de fabrication, était aussi importante pour toi ?




Mon objectif était de maîtriser les trois aspects qui à mon avis, sont essentiels pour être un bon styliste :


- La création

- Les techniques de dessins et la retranscription des informations

- La compréhension des enjeux des collaborateurs, notamment les fabricants, pour faciliter la communication


Pour comprendre ces enjeux, il faut savoir comment est fabriqué le produit. Or, les écoles de style ne dispensent pas toujours de formation technique sur la fabrication. A contrario, les formations techniques, elles, manquent parfois de cours sur les recherches de tendances, la culture design et le développement de collections.


L’une des principales raisons à ce manquement des formations en accessoires des écoles de style, est que le développement de prototype est long et cher. C’est très technique et nécessite des outils spécifiques. Alors, même si les premières recherches de volume sont faciles, grâce aux maquettes, il est quasiment impossible de faire soi-même une chaussure sans machines adéquates.


Pour approfondir mes connaissances en techniques de fabrication, j’ai effectué un stage au bureau de style de la Maison Corthay https://fr.corthay.com/,https://fr.corthay.com/onlineshop , marque haut de gamme de souliers sur mesure et prêt à chausser, en tant qu’assistante de Pierre Corthay. J’ai été formé au développement produit, recherches, réalisation de maquettes en cuir. Cela m’a été très utile par la suite, dans mon métier, car je visualise la fabrication des modèles que je dessine. Je suis capable de proposer des explications techniques et des alternatives à mes fournisseurs. La communication avec les fabricants en est simplifiée.






Pour résumer, la formation scolaire est une base, un pilier, qui est ensuite complétée par l’expérience sur le terrain. Les spécificités métier sont différentes selon les niveaux de gamme des marques et les types d’organisation des entreprises.

  • Icône Facebook blanc
  • Icône Instagram blanc
  • Blanc LinkedIn Icône

2020 - LAURA & ZEBOUTIN

Laetitia, Styliste débutante, dans la recherche et développement de produits de mode. Je partage mon expérience de styliste vêtements et accessoires de mode.